Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'Isère de Bas en Haut
  • : BIENVENUE sur ce blog qui vous présente le déroulement de cette aventure et explique la pratique éco-responsable des sports de nature. En effet, quoi de plus naturel que de faire attention à la planète quand on la parcourt pour son plaisir ? Il sera mis à jour quotidiennement de mai à début juillet puis chaque semaine.
  • Contact

Profil

  • Ecolorider
  • passionné de voyages nature, je réalise depuis une dizaine d'années toutes sortes de périples (ski, VTT, marche ...) plus ou moins en autonomie et toujours avec le souci de l'environnement et de la découverte des territoires traversés

CONTACT

Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante:

ibh.contact@gmail.com

Recherche

 

Désormais, au fil des semaines, je vais publier les meilleures photos, des récits et je vais compléter les rubriques dont les meilleurs producteurs rencontrés

 

... restez à l'écoute, le meilleur est à venir !

15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 20:33
Q. : Pas trop dur le retour à la vie classique ?
J’y vais doucement, mon aventure m’a enrichie de sorte que c’est plus facile de relativiser et de rester serein ; d’un autre côté la vie classique est beaucoup plus éloignée de l’essentiel que celle du nomade isolé avançant vers un objectif.
Un truc pas simple est d’arrêter de manger comme un ogre : mon corps n’a plus besoin d’autant de calories …

Q. : Physiquement, bonne récupération?

J’avais perdu 3 Kg à 1 semaine de l’arrivée (ma pose à Briançon a stabilisé la situation) et depuis mon retour j’ai repris 1kg, donc ça va.
Un peu fatigué, j’ai pas envie de faire trop d’effort pour le moment.

Q. : Moment le plus dur ?
Physique : pour la traversée des hauts plateaux du Vercors, j’étais chargé et j’ai voulu arriver avant l’orage à ma cabane du soir alors que j’avais un gros dénivelé devant moi. Résultat j’ai eu un début de tendinite à la cheville droite qui m’a obligée à lever le pied : modification de parcours, j’ai porté très peu d’eau et fait de vraies pauses toutes les 2 heures … pour couronner le tout j’avais été séduit par un bon saucisson local que j’avais préféré à un paquet de semoule … donc j’avais pas assez à manger et pendant 2 jours j’ai eu un peu faim !

Psychologique : la semaine à cheval sur juin et juillet je remontais le Vénéon et chaque après-midi les orages éclataient … avant d’aborder la haute montagne et alors qu’on dort à la belle étoile, c’était décourageant

 Q. : Moment le plus fantastique ?
En fait ce sont 2 levers de soleil ex aequo :
- sur le point culminant du Vercors, le Grand Veymont j’ai pu observer pendant une demi-heure des Chamois (dont certains de très près) avec des jeunes de l‘année dont l‘âge devait se compter en jours voire semaine,
- Ensuite, le lever de soleil sur la Barre des Ecrins, point final du voyage était très beau et j’étais très heureux de pouvoir la gravir, comme une cerise sur un énorme gâteau 

Q. : Satisfaction(s) ou déception(s) concernant  l’environnement ?
J’ai été agréablement surpris de pouvoir facilement trier mes déchets jusque dans la vallée du Vénéon où le tri est arrivé … la même semaine que moi !

Par contre, j’ai été déçu par la profonde bêtise humaine en découvrant des déjections à proximité très immédiate d’une source où je puisais mon eau … ce genre de découverte me fait « légèrement » douter sur la sagesse de l’espèce soi-disant la plus intelligente de la planète.

Q. : Tes défis ?
En escalade à Presles c’était ludique, je me suis économisé pour tenir la longueur et ça s’est super bien passé.
En escalade sur le Mont Aiguille, c’était un peu dur surtout au niveau des conditions météo (température proche de 0 du fait du vent en face nord) mais ça m’a permis de tester ma motivation : après les 3 premières minutes où j’ai beaucoup douté, j’étais certain qu’on irait en haut et la difficulté a rendu cette ascension très belle.
En alpinisme pour la Barre des Ecrins, il fallait une bonne organisation (pour gérer le temps qui file et fait évoluer les conditions) et de l’endurance. Pour la première partie je m’en suis remis entièrement à Michel qui me guidait, pour le reste c’était facile, du coup j’ai pu me concentrer sur l’aspect technique que je ne maîtrise pas très bien (marche avec crampons, en cordée, en partie sur du terrain mixte rocher/glace et avec une partie sur le fils d’une arrête rocheuse).

A chaque fois les sites étaient magnifiques, j’étais très bien accompagné par Michel ou Pascal qui s’étaient mobilisés pour me permettre de réaliser ces rêves.
J’ai aussi dû gérer à chaque fois ma difficile relation avec le vide … curieux pour quelqu’un qui aime bien grimper … mais avec des « pros » à l’autre bout de la corde ça met bien en confiance. Pour mes 2 premières grandes voies d'escalade et mon premier séjour à 4 000m, c'est une totale réussite et c'était aussi fantastique que prévu.

Q. : Des envies particulières ?
Légumes dont je fais une cure et frites (j’en ai pas encore croisé mais ça va leur faire mal !)
Autrement j’ai bien envie de faire du vélo …
… et de repartir pour d’autres voyages !

Q. : si c’était à refaire ?
Tout ne s’est pas déroulé comme prévu mais aller au bout comme ça est très satisfaisant, ce voyage est fini mais ses enseignements et enrichissements, je vais les intégrer encore pendant des mois.
Ma pratique du voyage nature va évoluer mais les ingrédients de terrain inconnu, discipline nouvelle, respect de l’environnement seront encore les piliers.

Q. : 1 réussite alors ?
Oui, les objectifs ont été atteints en bonne partie malgré des imprévus, maintenant je vais encore développer des efforts pour essayer de mieux faire passer le message sur la prise en compte de l’environnement. Dans ce domaine, c’est d’une révolution dont la planète a besoin et je ne pense pas qu’elle aura lieu à temps : nous allons devoir assumer les conséquences de nos actes.

Q. : Fierté(s) ?
- réussite de mes « défis perso »
- avoir réalisé cette première ascension intégrale de la Barre des Ecrins : parti quasiment du niveau de la mer, je suis allé en haut. Sans prétention, je suis juste satisfait de l’avoir fait comme ça parceque si une montagne offre 4 000m de bonheur c’est dommage de se priver des premiers 1800m en arrivant au pied pour débuter l’ascension : ça nous prive d’une part de la balade.
- avec tout ce que je prévois de mettre en ligne (photos, récits, analyses) je suis assez fier de pouvoir bien (à mon sens) faire ressentir ce que j’ai vécu aux autres.

Q. : D’autres projets ?
Dans le même registre, toujours en France et même dans la région pour les expéditions suivantes … 2 ou 3 idées aussi monumentales (voire plus) me trottent dans la tête, et elles ont mûrit pendant la fin de ce périple. On verra ça dans les années qui viennent.
D’ici là je prendrais quelques semaines pour faire des petits tours ou traversées à pieds, à VTT, ou en ski …
Partager cet article
Repost0

commentaires


Jeudi 09 juillet

Fin du voyage en 30 jours

MERCIs

Merci tout d’abord à l’équipe qui me permet de réaliser cette aventure dans ces conditions : Olivier, Eric, Lionnel, Tom, David, Jérôme … prêt de matériel, aide à la préparation, suivi, conception du blog et de la communication,  mise en ligne d’infos pendant que je serais dans la nature …, ils me sont indispensables … et pourtant sont quasi-invisibles.

Merci à mon club ASVF Montagne qui soutient le projet

 

… et à la planète de me permettre encore ce genre de voyage au départ de chez moi